vendredi 2 novembre 2007

GILI TRAWANGAN ET SURTOUT JAVA


Ouh la la, ça fait une éternité que nous n'avons rien écrit et du coup j'ai peur que nos souvenirs ne s'effacent peu à peu. Je vais donc tenter de retracer (autant que faire ce peu) ce que nous avons fait pendant ces 3 dernières semaines.

Alors, après Bali, cap sur les petites îles Gili sur la grande île voisine : Lombok. Il y en a trois, nous avons choisi d'aller sur la plus animée : Gili Trawangan. Ces îles sont surtout réputées pour leurs sites de plongée exceptionnels : les coraux sont magnifiques, dans les tons bleu pastel et violet qui flashent, toute sorte de gros poissons et surtout des tortues à profusion (tellement que Yves a failli marcher sur une pauvre tortue quand il mettait son masque... alors tu vois Mélanie, si tu veux nager avec des tortues, c'est ici qu'il faut venir !!!). Il y a des centres de plongée pas trop chers, mais rien qu'en snorkelling, on peut se faire super plaisir.

Bon voila, ceci dit, je commence à en avoir un peu marre des îles, c'est toujours le même scénario : que des touristes européens (même si à Gili Trawangan, il y a aussi un village mais les touristes ne se mélangent pas avec les habitants) et puis c'est souvent la même ambiance : une atmosphère cool, du Bob Marley en fond sonore dans les bars, des super-productions tous les soirs sur des écrans géants en plein air... c'est parfait pour les vacances mais nous recherchons autre chose.

Sinon, nous sommes tombés malades aux Gili, Yves a eu une énorme fièvre pendant deux jours et j'ai choppé un bon gros rhume qui m'a clouée au lit. Tomber malade quand on est dans une île, ça donne qu'on est mort d'inquiétude : est-ce que c'est le palu ? est-ce qu'il faut se faire rapatrier ? est-ce que c'est la fin de notre tour du monde ? ça prend des proportions considérables. Et puis finalement, au bout de deux jours c'était passé... Pas de quoi fouetter un chat quoi.

Ensuite, direction Java, que nous avons traversé d'Est en Ouest. On avait presque oublié à quel point les indonésiens sont des gens ouverts, désintéressés, dans le partage d'expériences. Whoa ça fait du bien, on se sent moins touristes d'un coup !

Dans l'Est de Java, ce sont surtout les volcans qui sont à couper le souffle : le Kawah Ijen avec au sommet un lac turquoise et des sources de souffre (là, j'ai juste cru qu'on allait mourir, parce que les sources de souffre sont carrément nocives et font suffoquer. Yves est descendu jusqu'en bas -à la source de la source- il a été pris dans une bourrasque de souffre quand le vent a tourné... il a dû s'allonger par terre pour pouvoir respirer l'air un peu plus sain... j'ai juste cru que j'allais le perdre).

Le lendemain, en route pour le volcan Bromo : comme d'hab’, 12 heures de route et 6 changements de moyens de transport pour faire quelques centaines de kilomètres… On a fini par monter au pied du volcan en OJEK (mototaxi) avec nos gros sacs (15 et 20 kilo quand même). Nos chauffeurs étaient bien excités, à se pencher comme des dingues dans les virages de la route en lacet... avec les sacs qui nous projetaient en arrière dans une montée de 20 km.... Et là, pour la deuxième fois en deux jours, j'ai cru qu'on allait mourir... On se sent bien vivants après ça... (ça me donne d’ailleurs l'idée de faire un top 10 des fois où on a cru mourir, j'ai déjà 4-5 épisodes en tête, alors dès qu'on arrive à 10, je vous fait un topo).

Le lendemain, réveil à 3 heures du mat pour voir le levé du soleil sur le volcan Bromo. Là, ça été une journée qui restera longtemps gravée dans nos mémoires : d'abord, on a démarché un couple de hollandais pour partager la jeep qui devait nous emmener au sommet... déjà le levé du soleil était juste hallucinant ; ensuite quand on a dit au couple qu'on faisait un tour du monde, ils ont trouvé ça tellement génial qu'ils n'ont pas voulu que l'on paye notre part de la jeep. 9h, retour à la guest house. On ne savait pas trop comment faire pour redescendre vers la ville la plus proche, parce que bon, l'expérience de l'OJEK, même si c'est surement plus facile en descente, ça ne nous tentait pas des masses.... Bon, on se pose pour réfléchir, Yves allume une cigarette locale au KRETEK (clou de girofle) face à deux indonésiens… et là, coup du hasard, ces deux hommes étaient des représentants marketing de cette marque de clope (Filo Mild). Bon, ça rigole tout ça tout ça et là, quatrième bon plan de la journée (il n'est que 9h30 !) ils vont avec leur camion de livraison dans la ville où on voulait se rendre !!!! Et hop, ils nous embarquent, nous offrent des tee-shirts Filo Mild (depuis nous sommes devenus des panneaux publicitaires ambulants), on papote, on croise leurs potes, on fait des photos tous ensemble bras dessus bras dessous, on s'échange les adresses... Un grand moment.

Ensuite, nous arrivons à MALANG, que l'on pensait être une ville-étape sans charme...et bien pas du tout. C'est une ville absolument charmante dans laquelle c'est un plaisir de se balader... Wouhou, des journées comme ça, où tout s'enchaine super bien alors qu'on n'a rien prévu, j'en reveut encore et encore.

Puis direction SOLO, deuxième foyer culturel de Java après Yogyakarta (très peu de touristes, peu de choses à faire, juste prendre l'air du temps). Balade en vélo pour visiter les fabriques de BATIKS (tissus peints), de fabrication de gamelan (instruments de musique), tout ça tout ça...très cool.

Et enfin, YOGYAKARTA, où on retrouve un rythme de vie plus effréné, pas mal de touristes et beaucoup de spectacles à voir le soir (théâtre d'ombres, spectacle de danse moderne, représentation du RAMAYANA, tout ça...)

Whou, ça fait du bien après Bali de retrouver des rapports sains avec les indonésiens et puis à Java y'en a pour tous les goûts, on peut faire des trips nature comme des sorties culturelles.

2 commentaires:

Virginie a dit…

Alors réconocilés avec les indonésiens ?
blasés des îles ??? hahaha
horrible le goût des cigarettes au clou de girofle !! à la fac c'était la grande mode en 1995 !!! que de souvenirs
pleins de kiss
Je cours lire le reste avec hâte

Virginie a dit…

réconciliés !!! c'est pourtant pas difficile à écrire :-())