samedi 15 décembre 2007

UNE PETITE PAUSE SUR LA BAIE D'HALONG ET A HA NOI

Apres ce petit moment de détente passé à Ninh Binh, nous avons décidé de continuer sur notre lancée en séjournant quelques jours sur la mythique baie d'Halong. Ce choix n'a pas été évident à faire, parce que sur les forums de voyageurs, nous n'avions entendu que du mal à propos de la baie : trop de touristes, plein d'arnaques, un site dénaturé tout ca... mais bon, je voyais déjà ma grand-mère nous dire «comment, vous avez été au Vietnam et vous n'avez pas vu la baie d'Halong... mais qu'est-ce que c'est que ça, c'est comme si vous n'aviez pas été au Vietnam ! » (Et dans ma projection, elle ajoutait « Retournez-y immédiatement, je vous offre les billets »... bon, là, je sens bien que je m'emballe un peu!). Bref, nous avons donc décidé d'y aller malgré tout, mais en choisissant la version simple : passer par une agence à qui on paye tout d'avance pour se laisser entrainer parmi les troupeaux de touristes. C'est-à-dire, ne pas avoir à se prendre la tête sur le choix du bus, ne pas s'énerver pour négocier le prix d'une cabine sur la jonque, ne pas avoir à comparer tous les hôtels avant de se décider... les vacances quoi ! Parce que mine de rien, c'est fatiguant de toujours penser à tout organiser!

Nous avons donc opté pour la formule maximum (3 jours, 2 nuits, une sur la jonque, l'autre sur l'ile de Cat Ba, au cœur de la baie). Notre plan était simple : au début, on observe les gens avec qui nous devions partager ces 3 jours, s'ils sont cools, on leur parle ; sinon, on fait comme si on ne parlait pas anglais... parce que les trips touristiques, ça peut vite virer au huis clos. Bref, on était plus que sceptique, mais au final, tout s'est magiquement enchainé : nous n'étions que 8 pendant le trip (le rêve!) avec qui plus est que des jeunes comme nous qui voyagent en Asie pendant plusieurs mois et un couple d' Israéliens un peu plus âgés mais qui ne parlaient pas anglais (je garderai toujours en mémoire la vision du mari, en train de danser sur le pont de la jonque la nuit en écoutant de la musique israélienne avec son Ipod, pendant que sa femme, saoulée, essayait par tous les moyens de communiquer avec nous... pendant ce temps là, nous sirotions une petite bière en échangeant nos souvenirs de voyages et nos bons plans). Le guide a tenté au début de faire quelques blagues vaseuses, mais il a vite constaté que ça ne prenait pas et il s'est détendu pour devenir le guide idéal.

La traversée de la baie, malgré le flot touristique, reste un moment magique pendant lequel le temps semble s'arrêter. La visite des grottes karstiques se fait entourée d'au moins 200 touristes qui parlent forts (toutes les jonques accostent au même moment au même endroit), mais qu'à cela ne tienne, on arrive facilement à faire abstraction. Et puis les villages flottants de pêcheurs sont d'une pure poésie...

Après ce petit moment de volupté, nous devions passer cinq jours à Ha Noi en attendant nos visas pour la Chine. Cinq jours au même endroit, ça signifie pouvoir déballer tout son sac et ranger nos affaires dans une armoire (ça faisait une éternité que ça ne nous était pas arrivé!). Bref, se poser et faire comme si on était à la maison.

Ha Noi est une ville bourrée de charmes. La vieille ville a gardé son identité coloniale (plein de beaux vieux bâtiments cachés derrière les arbres et les nœuds de fils électriques). C'est une zone qui fonctionne par corporation de métiers : à tel endroit, le quartier des vendeurs d'articles religieux ; à tel autre, le quartier des vendeurs de peinture pour bâtiment ; puis le quartier des jouets et ainsi de suite : c'est unique. Par contre, il faut aussi savoir sortir de cette vieille ville parce que la circulation assourdissante peut vite rendre agoraphobe (klaxons incessants, bruits de moteurs, pots d'échappement qui puent et dans tout ça, pas un trottoir où faire une pause). Le marché de Dong Xuan (au nord) par exemple où il n'y a pas un touriste (alors que la vieille ville connait une sérieuse concentration d'occidentaux) est tout bonnement génial, le musée d'ethnologie (à l'ouest) vaut carrément le coup aussi (explications en vietnamiens, français et anglais, décors modernes).

Malgré nos appréhensions, les visas pour la Chine ont été très faciles à obtenir (on commence à avoir l'habitude des galères avec les ambassades et vu les tensions entre la Chine et le Vietnam, on s'attendait à un nouvel épisode ubuesque)... à un détail près : il faut payer en dollars ; et changer des dongs en dollars n'est pas une chose simple : après avoir été trimballés de guichets en guichets à la banque nationale ( « - Nous avons besoin de dollars pour récupérer nos visas chinois... mais non, nous ne pouvons pas vous montrer nos passeports puisqu'ils sont à l'ambassade de Chine... c'est pour ça que nous avons besoin de dollars »… On peut tourner en rond comme ça pendant des heures avec les institutions communistes !). Une employée a fini par nous donner l'adresse d'une «banque» (un magasin qui fait semblant de vendre trois bijoux) qui fait des transactions monétaires au black.

Et puis dans notre hôtel, on a pu chopper le réseau WiFi gratuit, ce qui fait qu'on a pu profiter un bon moment d'internet et préparer tranquillement notre trip dans le nord en motobike

ASTUCES

Si vous aussi vous voulez aller sur la baie d'Halong en passant par une agence, je vous conseille TNK Travel (94 Ma May Street, retenez bien cette adresse parce que dès qu'une agence commence à avoir bonne réputation, des petits malins ont tendance à ouvrir des agences en prenant le même nom alors qu'ils ne proposent pas les mêmes prestations!). Nous avons payé 45 $/pers pour les trois jours (ça comprend tout sauf les boissons), ce qui n'est pas cher puisque les gens qui ont voyagé avec nous et qui sont passés par d'autres agences ont payé plus cher.

Comme je vous l'ai raconté, il est très difficile de se loger à Ha Noi, mieux vaut donc réserver votre hôtel avant votre départ pour éviter de se retrouver à dormir sur un matelas qui pue à même le sol à prix d'or. Je vous recommande l'Hôtel TUNG TRANG, situé dans une ruelle pas très facile à trouver mais au calme (et vu le trafic, c'est un argument à prendre en compte). Il y a des chambres à 13$ (trop petites et sans vraiment de fenêtre), 15 $ (elles sont charmantes) et 20 $ (avec un balcon qui donne sur le jardin du temple en face de l'hôtel). On s'y sent comme à la maison (on prend le petit dej dans la cuisine) et la famille qui s'en occupe est très sympa. Leurs coordonnées : 13 Tam Thuong Alley Way, Hang Bong Street (ça, c'est la rue dans laquelle donne la ruelle), Hoan Kiem District (c'est donc dans la vieille ville). Tel : (00 84 4) 8.286.267 ou 9.287.494 (ils parlent anglais). / E-Mail : tungtranghotel@yahoo.com

1 commentaire:

laeti a dit…

coucou les amis
ca fait tout bonnement rever!!!
Fannie j'ai adoré ton wouaaaaaaaaaaah sur la video ca me manquait.
toujours super d'avoirs des news
alors a tres vite gros bisous